Atelier #7 Co-créer

📆 Date
February 10, 2022 2:00 PM (GMT+2) → February 10, 2022 5:00 PM (GMT+2)
📑 Thème
👉 Se mettre en mouvement ensemble à toutes les échelles
🎲 Format
🙌 Atelier · Groupe pilote
📍 Lieu
📍 Présentiel

Support de l’atelier

Productions

Projet autour du changement de système d’arbitrage pour prendre en compte les enjeux environnementaux porté par Marie-Aimée (Bouygues Construction)
Projet autour de la création d’un tiers lieu à Paris 15e porté par Carine Sit (Croix Rouge)

Débrief et partage

Pierre Merci pour cette journée très enrichissante, très inspirante. Très utile d’avoir des lieux pour que les agents de collectivité puissent travailler avec des porteurs de projet et entreprises. J’avais des expériences sur la datacity qui était un levier intéressant pour des agents, moins systémique. Vraiment intéressant méthode systémique qui permet d’avoir plusieurs collectivités concernées par des sujets. Mise en avant de la pluridisciplinarité pour aborder de manière ouverte les problèmes organisationnels de Bouygues. Encourager des entreprises à partager de cette manière leur problématique. Fait beaucoup de choses en plusieurs ateliers : format à penser sur plusieurs séquences pour approfondir ensemble ? Lucia Merci pour la journée, ce qui est intéressant c’est que nous n’avons pas utilisé d’entrée thématique or dans les collectivités, souvent entrée thématique. Beaucoup mieux d’avoir une entrée globale du problème et de l’objectif. En matière de climat, d’écologie, d’échelle. Porte d’entrée systémique holistique ou on part de ou on veut arriver et pas où on veut arriver par thème. Espère vouloir le réutiliser mais cadrage sur la sectorialisation des choses. Me rend compte que ce sera le plus grand enseignement que je retirerait du programme.

Jacques J’ai raté le matin, les choses s’articulent bien. Questionnement autour de la capacité à réutiliser la démarche en autonomie. Souhait de partir d’une problématique beaucoup plus simple et limité pour pouvoir aller vers l’autonomie. . Sujet en lui même très décalé par rapport à ce que je connais, sympa

Florence Très intéressant de partir de cas concrets, réels, et de découvrir la méthode au fur et à mesure de la journée. Déroulement assez naturel dans le cadre du projet. Pour moi ce qui est important, maintenant que je l’ai vécu, c’est de pouvoir face à un autre sujet la reprendre et le réutiliser.

Carine Merci beaucoup pour et pour l’animation et la facilitation. Pour moi c’est utile, cela me permet de sortir la tête de l’eau. Sur la réplicabilité, questionnement autour du temps. Dans la réflexion de co-construction du tiers-lieu, aimerait impliquer les personnes accompagnées pour qui le jargon inaccessible, comment réussir à vulgariser ? Comment rendre la méthodologie accessible ? Comment rendre moins technique avec un vocabulaire adapté? Comment adapter la méthode aux différents publics ?

image

Sylvie Cahn Aujourd’hui, résultat d’un processus amont. J’apprécie la manière dont vous tenez le choc tous les deux, parce que pas évident, surtout Myriam parce que toujours là. Préparation pour arriver et en plus la discontinuité qui rend difficile. Vous facilitez la continuité des ateliers. D’avoir concrétiser en partant de projets concrets donne plus d’engagement. Je me rends compte que les causes et leur liens, ça me prend la tête mais hyper intéressant. Je ne sais pas si on s’en sert vraiment après, dans le cadre de type changement systémique 1 et 2. On fait pas le boulot jusqu’au bout des boucles de rétroaction. Assèchement quand je dois mettre sur papier. Super si on peut être utile à des porteurs de projet. Voir en quoi ce qu’on a fait est vraiment systémique ? Besoin de savoir comment ça se distingue.

Cristina Bien aimé le fait de mélanger dans diagnostic cause et conséquence, sait pas pourquoi on ne les mélange pas. D’avoir une problématique qui n’est pas sectorielle très bon point de départ, se questionner sur la manière dont on formule autrement. Ne comprends pas ce qui a de systémique dans l’histoire : les liens ne nous ont plus servi après. Passer du diag jusqu’à la projection était une bonne idée. Opportunités menaces, ne voit pas l’intérêt.

Françoise Au moment de la mise en oeuvre, cause compétence, inspirations on a réflexion systémique, mais au moment de mettre la main dans le cambouis des actions, on repart sur du silo. On partait sur la notion d’outils pour arriver aux objectifs. Le fait de reboucler, pense bête, actions, il aurait fallu les revoir. Effet retour, pas eu le temps de les prendre en compte, un certain nombre de cause/ conséquence laissées à côté alors qu’elles pourraient avoir des effets connexes. Temps court.

Thibaut Dans la méthode, demande si c’est pas pertinent, au moment de la sélection des actions, de s’appuyer sur la méthode de Donella Meadows qui permet d’avoir une échelle d’efficacité des leviers d’action et positionner les post-it sur la schéma pour positionner celles qui ont le plus d’impact.

Marie-Aimée Refaire l’exercice serait super intéressant. Enseignement opérationnel : limiter le nb de post-it par personne, car nous sommes partis dans tous les sens au début sans se rendre compte à quel point la première brique allait influencer tout le reste de l’enchainement. Structurer un récit commun au début permet de se mettre plus facilement d’accord sur où agir. Question sur la méthode d’animation : plus utile d’être plus drivée au début, avec quelqu’un qui a l’autorité de structurer le groupe. + un temps plus long pour le diagnostic.

Mélina : souligne le travail de fou qu’on a fait, magnifique post-it avec tous les mots clés, au niveau de la mise en place. Pour avoir organisé les journaux d’idéation, souligne la beauté et le professionnalisme, impressionnée par le niveau de perfectionnisme. Bonne journée, agréable et rafraichissant. S’interroge sur le ratio effort vs impact. Sentiment que travail pour rien. J’essaye de réfléchir à comment me servir de ça pour massifier la pensée systémique en particulier dans mon organisation. Le facteur limitant n’est pas tant la qualité des idées, il y en a même trop mais la capacité d’exécution et la bande passante pour bien les faire. Comment on essaie d’avoir le plus d’impact avec le moins de temps possible ? Trouver des manières plus synthétique d’arriver à la substantifique moelle des 3 actions. Partir avec un truc clair.

Marie-Aimée utilité d’avoir des formats extérieur. Propice aux échanges, implication qui se créé parce que tous les participants ont une compréhension assez globale du problème. Pas le cas dans tous les types d’ateliers d’idéation. Grosse valeur ajoutée. Adaptation du type d’animation au fait que ça va générer beaucoup d’échanges. Possible de réduire encore le scope des problématiques sur lesquels on travaille. Comment s’opérationnaliser encore plus au niveau de nos organisations.

Noémie Merci pour le travail de préparation et d’animation, mérite de tenir malgré la perte de dynamique globale de notre groupe qui s’est délité. La richesse du groupe venait aussi des multiples approches. Dynamique moins là. Version très concentrée d’une méthode que j’ai déjà appliquée : me manque d’incarnation des éléments plus concret des projets (carte du tiers lieux). Envie de savoir comment on maximise les co-bénéfices. Encore très conceptuel, beaucoup de mots et de post-it. Ressens un manque d’incarnation qui était très fort dans les épisodes précédents ; hiatus entre le besoin d’atterrir et le retour à une dimension assez conceptuelle.