Cycle national 2020/2021 : Affronter les transitions, entre prise de conscience, paradoxe et initiatives

ℹ️ Type de programme
Formation continue
🏢 Organisateur
📇 Type d'organisation
Institut de formation
🤝 Partenaires
🎓 Formateur·trices
↔️ Amplitude du programme
Programme long > 6 mois
🗓 Période du programme
Sep 1, 2020 → Jul 31, 2021
⏳ Durée et intensité du programme
34 jours sur 11 mois
📍 Format (hors période COVID)
Présentiel
📌 Lieu principal
Paris
🏷 Mots clés
Réseau-CommunautéSavoirs scientifiques
👥 Public ciblé
Cadres en situation de responsabilité et influenceurs
🎯 Objectifs
La nécessité citoyenne de former ensemble les cadres dirigeants des secteurs public et privé à une culture des sciences, de l’innovation et de la technologie pour les aider à mieux appréhender la complexité du monde, comprendre et anticiper ses mutations, accompagner et influencer les transformations, faire des choix lucides et partagés. Chaque année, le cycle national sélectionne une thématique générale. Le cycle de formation de l’IHEST continue d’approfondir la question des transitions, abordée en 2019-2020 sous l’angle des représentations et des récits que s’en fait la société. En 2020-2021, la 15e promotion sera invitée à centrer ses réflexions sur les initiatives que la société met en œuvre pour les prendre de front. Agir dans un contexte dominé par les deux bouleversements majeurs que sont la transition écologique et la transition numérique, n’est pas simple. Cela suppose d’abord la prise de conscience, donc la connaissance et la reconnaissance de faits complexes et contradictoires. Cela oblige ensuite à s’interroger sur la capacité d’action en situation paradoxale. Cela conduit enfin à se pencher sur les multiples avancées et initiatives qui sont autant de signaux faibles d’une capacité d’adaptation aux transitions aboutissant à une transformation du monde que nous connaissons.
📐 Format du programme
› Un séminaire d’intégration en résidentiel pour s’immerger dans les méthodes de travail de l’institut › Cinq sessions thématiques sur de grands enjeux de société (économiques et technologiques, sociaux, politiques, culturels) et une session officielle de clôture. › Trois voyages d’étude respectivement en région (Grand-Est), dans un pays européen (Espagne) et à l’international(Sénégal) associés à la réalisation d’études de cas sur le terrain et en groupe › Cinq jours d’ateliers consacrés à travailler en groupe sur une thématique et à la production collective d’un rapport qui fait l’objet d’une présentation devant des instances représentatives de la société (ex : Office parlementaire pour l’évaluation des choix scientifiques et technologiques) › Une journée en immersion auprès d’un ancien auditeur, pour découvrir d’autres environnements professionnels
⭐️ Valeur proposée
› UN PARCOURS CERTIFIANT Le cycle national de formation prépare les auditeurs qui le souhaitent à la certification de compétences « Utiliser la démarche scientifique dans la prise de décision » ( RS 5232) reconnue par France Compétences › UNE FORMATION UNIQUE POUR APPREHENDER LES ENJEUX DE SOCIETE -Cette approche par la science et la démarche scientifique permet aux décideurs d’appréhender les sujets d’une manière globale, donc d’avoir davantage d’éléments pour guider leurs choix et construire leurs décisions. › UNE PEDAGOGIE IMPLIQUANTE -L’acquisition d’un socle de culture scientifique -L’apprentissage de la méthode scientifique -La pratique du débat et de l’intelligence collective -L’ouverture à d’autres modes de pensée et pratiques › L’ACQUISITION DE COMPETENCES MOBILISABLES DANS TOUS LES UNIVERS PROFESSIONNELS -Conduire une analyse avec la démarche scientifique pour éclairer une prise de décision -Anticiper les risques de débats et de crises associés aux évolutions scientifiques et technologique -Présenter une analyse avec assertivité pour convaincre -Mobiliser l’intelligence collective pour analyser un problème complexe, réfléchir à sa résolution et décider collectivement d’une solution -Développer son esprit critique pour prendre en compte les informations
🔍 Thématiques
› Comment affronter et mettre en œuvre les transitions : sciences et décision › Faut-il continuer à faire des enfants ? La question démographique › Faut-il organiser la décroissance ? La question économique › Que seront les citoyens et citoyennes de demain ? La question de l’éducation › Faut-il devenir un « homo numericus » ? La question de l’humain connecté › Faut-il s'en remettre à l’homme providentiel ? La question de la gouvernance › Des territoires face aux transitions : la grande région européenne, le Sénégal, Auvergne rhône-alpes
🎁 Supports & Livrables
Production collective d’un rapport qui fait l’objet d’une présentation devant des instances représentatives de la société (ex : Office parlementaire pour l’évaluation des choix scientifiques et technologiques)
🔧 Outils & Méthodes
🙌 Réseau et communauté
Un réseau d'alumni pour : - Poursuivre des réflexions sur les thématiques d’actualité - Répondre à la demande des partenaires de l’IHEST pour des études ou actions collectives - Participer à des benchmark d’innovations scientifiques, technologiques ou sociales - Accéder à un réseau d’experts français et internationaux (Le réseau de l’IHEST est un vivier de ressources et d’expertises mobilisables soit 600 auditeurs et 20000 scientifiques et experts)
🎓 Compétences développées
Plus des sous-objectifs que des critères COMMENT AFFRONTER ET METTRE EN ŒUVRE LES TRANSITIONS : SCIENCES ET DÉCISION • Intégrer la promotion, lancer la pédagogie du cycle national, créer une communauté d’auditeurs apprenante. • S’entendre sur les mots et les concepts du thème du cycle, acquérir une vision globale, dans ses différentes dimensions à travers divers angles. • Partager des éléments de compréhension sur la relation sciences - décision. • Se familiariser avec la démarche méthodologique qui sera proposée au cours du cycle. FAUT-IL CONTINUER À FAIRE DES ENFANTS ? LA QUESTION DÉMOGRAPHIQUE • Lancer officiellement le cycle 2020-2021 par un colloque abordant l'ana- lyse de la crise du covid-19 et ses impacts. • Prendre la mesure de la mise en œuvre des transitions en replaçant l’être humain et les écosystèmes au centre de la problématique. • Aborder la question globale des transitions à travers les outils de la dé- mographie. FAUT-IL ORGANISER LA DÉCROISSANCE ? LA QUESTION ÉCONOMIQUE • Mieux comprendre ce que recouvrent les notions de croissance et de décroissance, faire le lien entre macro et micro-économie. • Savoir détecter les signaux faibles et remettre en cause ses paradigmes. • Savoir faire la différence entre un modèle et des faits économiques, et comprendre les limites des modèles par rapport à leur utilisation QUE SERONT LES CITOYENS ET CITOYENNES DE DEMAIN ? LA QUESTION DE L’ÉDUCATION • Caractériser les compétences que doivent acquérir le citoyen et la citoyenne de demain et distinguer compétences et acquisition de connaissances. • Comprendre l’importance du raisonnement systémique et de la pensée complexe. • Faire la part des compétences et connaissances qui relèvent de l’Ecole ou d’autres modes d’éducation. • Dégager des conditions de réussite et des pistes d’actions pour la mise en place d’un enseignement adapté aux défis du XXIe siècle. FAUT-IL DEVENIR UN « HOMO NUMERICUS » ? LA QUESTION DE L’HUMAIN CONNECTÉ • Mesurer les avancées en recherche et en technologie du numérique. • Prendre la dimension humaine, philosophique et éthique de la transition numérique à venir et de ses conséquences. • Déterminer en quoi les évolutions des technologies numériques sont une solution à la transition écologique. FAUT-IL S'EN REMETTRE À L’HOMME PROVIDENTIEL ? LA QUESTION DE LA GOUVERNANCE • Analyser les comportements des peuples, leurs relations aux transitions et à leurs institutions et gouvernements. • Déterminer le rôle des régimes et des approches politiques dans la trans- formation des comportements collectifs et individuels. • Proposer des scenarii mesurant les relations systémiques entre transi- tions écologiques et numériques et modes de gouvernance.
💰 Prix
- 5 000€ à titre individuel - 8 500€ pour les collaborateurs d’une entreprise de taille moyenne et du secteur public